Revivez les 190ans de l’établissement et le mot du président de l’Amicale

Mot du Président de l’Amicale Saint-Stanislas

La place qui est donnée, ce jour, à l’Amicale Saint-Stanislas, est reçue comme un honneur, une reconnaissance, une marque d’estime.

Un honneur par la place qui a été faite notamment aux anciens élèves dans la préparation de cette journée, par cette occasion de prise de parole ce soir, jour anniversaire aussi pour l’Amicale, fondée il y a 130 ans.

Une reconnaissance, car les anciens élèves ont comme principe fondateur celui de l’entraide, qu’il s’agisse du rachat de l’établissement au début du XX ° siècle, du soutien aux élèves moins fortunés à celui des projets actuels, les exemples ne manquent pas.

Une marque d’estime pour le travail effectué par les anciens élèves, aux côtés du Chef d’établissement et de l’ensemble de la Communauté Educative, au service des élèves, raison d’être d’un établissement scolaire.

A l’heure des réseaux sociaux et du numérique, que peut représenter, encore, un réseau d’amis qui ont effectué leurs études ensemble, qui tentent de conserver des relations par des réunions institutionnalisées dans leur fonctionnement, qui souhaitent faire honneur à l’éducation scolaire et chrétienne qui fut la leur ?

Vaste question, déroutante parfois aujourd’hui.

Ce jour, s’il en était besoin, la réponse est là.

Là, avec tous les jeunes qui s’impliquent  à fond, portés par leurs enseignants, dans des projets tels que cet anniversaire et qui nous ont offert cette belle journée.

 

Là, dans les murs de cet établissement, pari audacieux, presque fou, comme la plupart de nos écoles catholiques, et pourtant visionnaire, qui, 190 ans après, continuent à accueillir des centaines d’élèves, en dépit des périodes de vicissitudes.

Là, dans cette espérance de l’avenir, celui des jeunes qui en sortiront, celui des projets pour les années à venir.

Nous pourrions nous enfermer dans le mythe sécurisant mais tout autant illusoire de « l’âge d’or ». Avant c’était mieux… Dire cela c’est douter de la nature humaine, c’est douter du projet divin qui nous porte.

 

S’il fallait nous référer à une parole d’évangile, je prendrais celle de la Parabole des Talents : Dieu nous confie un projet, Il nous donne des moyens, Il nous fait confiance pour le mettre en œuvre, poursuivant par là-même Son œuvre créatrice.

Fidèles à notre saint patron, Stanislas Kostka, nous continuerons à dire « Recte Semper ».

Bel avenir aux jeunes, longue vie à notre école !

 

 

 

News, Uncategorized