Messe et verre d’au revoir de Monseigneur James

Lumineux mais froid dimanche de l’Epiphanie.

Dans la cathédrale comble la ferveur de la foule réchauffe les glaciales voûtes séculaires.

Après dix ans comme pasteur du diocèse, aujourd’hui nous quitte Jean-Paul James, avec une émotion partagée. Un petit film résume cette décennie de foi et d’audaces. Une laïque et un jeune prêtre se font les porte-paroles des fidèles qui remercient le Père James.

Dans son homélie, inspirée et de feu comme d’habitude, Monseigneur appelle à nous mettre en route comme les Mages et voir dans le frêle Enfant le visage de Dieu, pour que, citant le saint cardinal Newman : Sur nos faces, rayonne, Seigneur Jésus, rayonne, pour qu’en nous regardant, nos frères ne voient que Toi !

La célébration mêle cantiques bretonnants, sur l’air traditionnel de la complainte de Pontcallec, clin d’œil involontaire? à l’évènement de la place du Bouffay toute proche il y a juste trois siècles en 1720, Alléluia de Haendel par la Maîtrise et Comment ne pas Te louer de Festifrat, tous deux dynamiques à leur façon, reflet de la diversité du diocèse. Bien sûr l’entrainante Marche des Rois conclue la cérémonie.

Suivie et nous retournant à nos préoccupations, par une galette partagée dans notre salle de l’Erdre à St Stan. Occasion d’échanger avec Monseigneur, de se retrouver, et d’attendre dans un même élan d’espérance son successeur. Une charmante chanson sur l’air Debout resplendit exprime avec humour notre reconnaissance pour ces dix ans de complicité et de cheminement spirituel. Une jolie façon de bien utiliser nos locaux qui permet une fois de plus de voir la pertinence de nos prédécesseurs qui ont su utiliser au mieux un espace resserré mais admirablement bien situé en centre-ville.

Notre amitié et notre prière vous accompagne, Monseigneur James, dans vos nouvelles fonctions, exaltantes mais bien lourdes, d’archevêque de Bordeaux. Nous ne nous oublierons jamais.

Christophe Bouhier

Autres evenements