De la pension Orillard à Saint Stanislas

Face aux possibilités limitées d’un enseignement catholique, le conseil épiscopal décide en Janvier 1829 de » « créer une pension dirigée par des ecclésiastiques pour des enfants de milieu aisé où chacun recevrait une instruction élémentaire très solide et serait sérieusement préparé aux études classiques« .

La fondation résolue, il fallait choisir parmi les prêtres du diocèse quelqu’un pour s’en occuper.

« Mais pourquoi ne serait-ce pas vous, mon cher Angebault, dit Monseigneur de Guérines, qui mieux que vous peut mener à bien ce projet ?« . (…)

Le clos des vignes nommé « Versennes »

Sans plus attendre, l’Abbé Angebault confie à son frère, notaire à Nantes, la mission de trouver un endroit calme et proche du centre de la ville. Très vite, on lui propose une propriété très intéressante sur les côteaux de l’Erdre, face à la Préfecture, au milieu de jardins et de sentiers bordés de haies vives.

C’est l’aubaine, elle est à vendre immédiatement.

Monsieur Bodineau, son propriétaire, y avait installé une filature. Ses affaires périclitant, c’est la faillite.

L’acquisition par l’Abbé Angebault en est faite le 16 juin 1829 pour le prix de 18 700 francs. On y apprend qu’avant la Révolution cette propriété appartenait à un avocat, membre du Parlement de Bretagne, Guyomard de Kermabon ; confisquée et mise en vente, elle est achetée par un industriel nommé Guillet. Il s’agit du « Clos Versennes ».

On y accède par le numéro 10 de la rue des jardins. Au milieu des 2 587 m2, se cache un joli petit hôtel style Louis XV.

Première rentrée scolaire

Sans aménagement particulier, les dix-sept premiers élèves se présentent à la porte de la nouvelle école, au début d’Octobre 1829. Tout est prêt pour les accueillir : les portiers, le « père et la mère Menant », logeant au rez-de-chaussée, le Directeur, installé au premier étage, sa fenêtre donnant sur un beau balcon de bois. Les autres locaux sont transformés en dortoirs, classes et études.

Seul manque à l’appel… l’Abbé Angebault ! »

*Extrait de l’ouvrage « Saint Stanislas de Nantes, 150 ans d’Enseignement Catholique », ISBN 2-908289-11-3.

 

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.